Le Radeau de la Méduse

Le Radeau de la MéduseLe Radeau de la Méduse – bois : hêtre – 2,20 x 3,40 m – 2011

 

Je suis l’arrière-arrière-arrière petite-fille d’un des survivants du Radeau de la Méduse.
Avec mon travail de sculpture est née l’incontournable nécessité d’exhumer de moi cette histoire. Tailler, donner du corps aux choses, en leur donnant du temps, de la densité, du poids.
Prendre la mesure de l’impensable choix auquel je dois ma vie.

 

le radeau de la Méduse détail2

 

La mer, sépulture mouvante. Vestiges de corps. Ce qui surnage. Qui atteindrait la rive. Quand on se dépossède de tout ce qui est humain, de l’appris.
En état d’inconscience, dans les racines du corps.
L’indomptable.
L’irréductible nécessité de vivre.
Le besoin impérieux de se nourrir.

 

le radeau de la Méduse détail3

Être un ensevelissement.
Sentir se faire en soi le long travail de la disparition.

 

le radeau de la Méduse détail5

Les tentations de la folie.
Se faire engloutir là, ne plus lutter.

 

le radeau de la Méduse détail7

 

Vertige de sentir qu’on tire son sang de là, qu’on est fait de ça, qu’on l’aurait fait aussi.
C’est cet instinct qui a porté jusqu’à moi.
Son sang, le mien, tout a passé.
Ça m’appartient, j’étais potentielle dans ces actes.
J’étais potentielle dans cette viande morte.
Qu’est ce qu’on transmet?

 

RadeauRochefortLe Radeau de la Méduse – vue de l’exposition La Méduse, une affaire d’artiste au Musée de la Marine de Rochefort, 2016